accueil
plan
glossaire
contact
liens
Observatoire de Paris
Les ExoplanètesCoRoTcours exoplanètesoutilsbase de données
retour   Pourrait-on communiquer avec d'éventuels habitants ?  
Le radiotélescope de Nancay
figures/grilleradio.jpg
Plusieurs radiotélescopes ont été utilisés pour le programme SETI.
Crédit : Observatoire de Paris

La communication avec d'éventuels habitants d'une exoplanète nécessiterait d'une part que ces habitants aient atteint un stade de développement suffisant sur les plans "intellectuels" et technologiques, et d'autre part qu'ils aient le désir de communiquer.

Si nous étions à l'initiative de la tentative de prise de contact, une première étape consisterait à essayer de capter leur attention en leur envoyant des signaux dans différentes gammes de longueur d'ondes (visible, infrarouge, radio...). Il faudrait que ces signaux soient fortement différents de signaux d'origine naturelle.

Les chercheurs du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) ont proposé un critère à ce sujet : les signaux issus de processus naturels sont caractérisés par un produit durée-largeur fréquentielle élevé vis-à-vis de la limite imposée par les lois de la Physique (le principe d'incertitude en l'occurrence). A contrario, la détection d'un signal pour lequel ce produit serait proche de la limite autorisée serait un événement remarquable, susceptible d'attirer l'attention.

Nous ne discuterons pas ici du contenu à donner à la conversation ; nous nous bornerons à rappeler qu'elle nécessiterait un temps long au regard de la durée de vie humaine. En effet, un échange de messages prendrait un temps égal au double du temps de propagation de la lumière entre la Terre et l'exoplanète, soit au minimum 9 ans s'il existait une exoplanète autour de Proxima du Centaure, ou 100 ans dans le cas de 51 Pegasi.