Accueil
Plan
Glossaire
Contact
Liens
Observatoire de Paris
Les ExoplanètesCoRoTCoursOutilsBase de données
<-   Le paradoxe de Fermi   ->

Le paradoxe de Fermi (attribué au physicien Enrico Fermi dans les années 1940-50) s'exprime ainsi :

  • la Terre est nettement plus jeune que l'Univers (de plusieurs milliards d'années)
  • si des civilisations technologiques extraterrestres existent ou ont existé dans la Galaxie, alors au moins une a développé et entrepris le voyage / la colonisation interstellaire
  • or on peut démontrer que la colonisation de la Galaxie ne nécessite que quelques millions d'années
  • donc on devrait en voir des traces autour de nous
  • or nous n'en voyons pas ! (les histoires d'OVNI sont pour la plupart expliquées par des causes "terrestres" ou "humaines", et les traces dont on parle devraient "crever les yeux" et non pas être de fugitives apparitions)
  • ... donc ...
  • l'hypothèse de départ est fausse, et nous sommes la seule civilisation technologique (et probablement intelligente) dans la Galaxie !

Quelques objections et contre-objections :

  • Toutes les civilisations ne sont peut-être pas expansionnistes (agressives, colonisatrices), et peuvent choisir de ne pas coloniser d'autres systèmes.
    Les humains le sont, et il en suffirait d'une seule. Et si le principe d'exclusion biologique (selon lequel "2 espèces ne peuvent pas partager la même niche écologique") s'applique aux espèces intelligentes, alors il n'y en aura finalement qu'une !
  • La Galaxie est vaste, le temps de colonisation serait extrêmement long. Même avec la technologie de fusées ACTUELLE, il suffirait de quelques siècles pour atteindre des planètes autour des plus proches étoiles (sous hibernation ou à bord de vaisseaux-colonies). Si on ajoute quelques siècles de plus pour rebâtir une nouvelle civilisation similaire à la précédente et continuer l'expansion, chaque étape prend 1000 à 10000 ans. Si on double le nombre de planètes colonisées tous les 10000 ans, il suffit de moins d'un million d'années pour coloniser 10 milliards de planètes, c'est-à-dire virtuellement toute la Galaxie ! Notez que ce même processus de phase d'expansion suivi d'une phase de colonisation et "consolidation" et ainsi de suite… a effectivement été appliqué par les habitants d'archipels d'îles du Pacifique !
  • Des êtres vivants ne risqueront pas leur vie en grand nombre pour errer des siècles à travers l'espace à la recherche de planètes.
    On peut envoyer des machines automatiques informatisées (des ROBOTS, en fait !), pour "reconnaître le terrain".
  • Le coût d'une telle entreprise serait prohibitif.
    Seul le premier pas coûterait, puisque le pas suivant serait effectué par la civilisation suivante. Ce premier pas pourrait être effectué (à l'aide de robots) à vitesse beaucoup plus réduite, donc réduisant considérablement les coûts de propulsion (qui sont dominants). Le mathématicien J. Von Neumann a de plus démontré qu'il est théoriquement possible de concevoir une machine "intelligente" (au sens de l'intelligence artificielle, mais dans une version très avancée) et auto-reproductrice (sur le modèle de l'ADN). Elle pourrait exploiter la planète d'arrivée pour construire des copies d'elle-même, y compris les fusées, les reprogrammer et les envoyer continuer la colonisation. Enfin, le coût de tentatives de communication radio (genre SETI, voir plus bas) sur plusieurs milliers d'années serait tout aussi prohibitif et moins "rentable".
  • Les machines se détérioreraient et ne pourraient pas se reproduire à l'infini sans erreur de programmation ou autre.
    On dispose déjà de méthodes de corrections automatiques d'erreurs très efficaces.
  • Des machines intelligentes pourraient menacer leurs créateurs (complexe de "Frankenstein").
    On pourrait concevoir des dispositifs de sécurité du type des "Trois lois de la robotique" d'Asimov… ou encore considérer que cette nouvelle "race intelligente" a droit à son expansion indépendamment de ses créateurs !
  • La technologie nécessaire est encore loin d'être accessible.
    C'est faux en ce qui concerne la propulsion (et probablement à terme pour l'hibernation). Pour l'Intelligence Artificielle, l'extrapolation devient hasardeuse.
  • De plus, il n'est pas certain qu'il n'existe pas de limite intrinsèque (du type "comportement chaotique") aux performances des systèmes requis pour une telle entreprise. Les nombreux échecs spatiaux récents montrent la faible fiabilité atteinte aujourd'hui.
    Mais demain ?

D'autres spéculations incluent la possibilité que des extraterrestres viennent en fait d'arriver (depuis moins de quelques années) dans notre système solaire, ou encore qu'ils sont là depuis longtemps et nous étudient sans se révéler (hypothèse du "zoo cosmique"). Certains ont suggéré que la ceinture d'astéroïdes, entre Mars et Jupiter, riche en métaux, était une cible privilégiée pour l'extraction du minerai nécessaire à la duplication de machines de Von Neumann. Cette activité se traduirait par une émission infrarouge (notons qu'il existe effectivement du rayonnement infrarouge provenant de la ceinture d'astéroïdes, mais il est peut-être d'origine entièrement naturelle!).

Pvie ? Pint ? Le débat reste largement ouvert !