Accueil
Plan
Glossaire
Contact
Liens
Observatoire de Paris
Les ExoplanètesCoRoTCoursOutilsBase de données
<-   Le principe anthropique   ->

On peut voir de plusieurs façons notre situation (géographique, caractéristiques, ...) dans l'Univers. La façon de voir pré-copernicienne est que la Terre est au centre de l'Univers, et a donc une situation privilégiée. A l'opposé de ce point de vue, on peut penser que la Terre n'a absolument rien de spécial, et que la vie intelligente existe sur toutes les planètes. On ne peut rien conclure du premier point de vue sur le reste de l'Univers, donc il n'est pas très utile, mais on a déjà remarqué que le deuxième était faux puisqu'on n'a pas détecté d'autre intelligence extraterrestre dans notre système solaire. Entre ces deux extrêmes, le principe anthropique stipule que notre situation dans l'Univers est banale par rapport à l'ensemble des observateurs. Il est surtout intéressant si on inclut des intelligences extraterrestres dans les observateurs.

Exemples d'application :

  • Notre position dans l'espace est très "atypique" (sur la surface d'une planète avec une atmosphère, près d'un soleil jaune, etc...), alors que la position la plus probable au hasard est l'espace vide, prépondérant dans l'Univers. Mais la vie est impossible dans l'espace vide, et la surface d'une planète semble nécessaire à la vie. Donc forcément, c'est là que nous nous trouvons. Ce n'est pas une coïncidence, mais une nécessité. (sur Terre il y a moins de gens dans les déserts que sur les côtes).
  • Notre position dans le temps est particulière: nous apparaissons quand l'Univers est âgé de 10 à 20 milliards d'années (depuis le Big-Bang). Pourquoi pas plus tôt ou plus tard ?
    La vie requiert des éléments chimiques "lourds" (Carbone, Oxygène…) qui n'ont pas été formés lors du Big-Bang, mais dans le coeur de la première génération d'étoiles massives de la Galaxie, qui ont ensuite explosé en supernovae pour rejeter ces éléments dans le milieu interstellaire et permettre ainsi de former de nouveaux systèmes solaires avec des planètes. Quelques générations stellaires étaient donc nécessaires avant notre apparition (~milliard d'années). Mais pas trop, car après de nombreuses générations d'étoiles, il restera trop peu d'étoiles "adéquates" pour espérer voir la vie apparaître.
    NB: la première génération d'étoiles était probablement dépourvue de planètes !
  • De façon quelque peu surprenante, nous (homo-sapiens) apparaissons sur Terre environ 4.5 milliards d'années après sa naissance, à peu près à la mi-vie du Soleil. Pourquoi cette date d'apparition est-elle du même ordre de grandeur que la durée de vie du Soleil ? Prenons trois suppositions :

    1) la vie intelligente apparaît en général beaucoup plus rapidement que la durée de vie du Soleil
    2) la vie intelligente met un temps à apparaître similaire à celui de la mi-vie du Soleil
    3) la vie intelligente met en général beaucoup plus de temps à apparaître que la durée de vie du Soleil (autrement dit, elle est très peu probable)
    Laquelle est la plus probable, sachant notre date d'apparition ?

    La deuxième serait surprenante, car on ne voit pas le rapport qu'il pourrait y avoir à priori entre l'apparition de vie intelligente et la durée de vie d'une étoile. Et elle ne représente qu'un cas particulier. On peut l'écarter comme étant très peu probable. Si la première supposition était vraie, nous serions probablement apparus beaucoup plus tôt dans l'histoire de la Terre, donc on peut aussi l'écarter comme peu probable. Reste la troisième. Si elle est vraie, il n'est pas surprenant que l'on ne soit pas apparu au-delà de la mort du Soleil, puisque ce n'est pas possible (c'est un effet de sélection). On ne pouvait qu'apparaître avant, à un moment probablement comparable à la durée de vie du Soleil. C'est donc le cas le plus probable.

    On déduit de ce raisonnement que la vie intelligente est rare dans l'Univers, et qu'il sera difficile de la détecter. Et en effet, les efforts du projet SETI n'ont jusqu'ici pas abouti.

On peut donc tirer des conclusions intéressantes de ce principe métaphysique, qu'il faut néanmoins utiliser avec précaution. En particulier, il peut mener à de fausses conclusions si l'observateur se trouve dans une situation exceptionnelle. Des recherches sont toujours en cours à ce sujet.