Histoire
Histoire
QuestionsL'Affaire GaliléeRéférencesExercices Histoire
Entrée du siteSommaireGlossairePage pour l'impression<-->

Controverses

Auteur: Jérôme Lamy
image 1image 2image 3image 4image 5
illustrations/christophorus-clavius.png
Christophorus Clavius (1538-1612)
Crédit : Bibliothèque / Observatoire de Paris

Le père Clavius (1537-1612), célèbre professeur de mathématiques au Collège romain croyait lui aussi que les découvertes de Galilée n’étaient qu’une illusion due aux lentilles.

Voici ce que Cigoli écrit à Galilée le 1er octobre 1610 :

Citation

« (…) et Clavius, le premier, dit à un de mes amis, au sujet des quatre étoiles, qu’il y avait là de quoi rire et qu’il faudrait d’abord faire une lunette qui les fabriquât puis les montrât ensuite, et que si Galilée avait son opinion, il garderait quant à lui la sienne ».

Citation

« On peut voir grâce à cet instrument beaucoup plus d’étoiles qu’à l’œil nu (…) ».

Clavius, Opera mathematica, 1611, t. III, p. 75.

Par la suite Clavius et Magini (1555 -1617) feront amende honorable. En fait, la plupart du temps, ces objections venaient du fait que les lentilles utilisées n’étaient pas de bonne qualité.

Une autre objection portait sur le fait que nombre de savants pensaient que seule la vision directe était capable de nous faire appréhender le réel. Cette remarque était dictée non par un manque de confiance dans les expériences, mais par un excès de confiance dans les sens.

Pour vaincre ce type d’objection, Galilée devait, par un raisonnement philosophique, montrer l’absurdité qu’il y avait à considérer que le témoignage de nos yeux constituait un critère infaillible de la réalité.

Citation

« En outre, qui voudra affirmer que la lumière des planètes Médicées n’arrive pas jusqu’à la Terre ? Prétendons-nous encore faire de nos yeux la mesure de l’expansion de toutes les lumières, si bien que là où les images des objets lumineux ne nous sont pas perceptibles, nous devions affirmer que leur rayonnement n’arrive pas ? Il se peut que les aigles et les loups-cerviers voient des étoiles qui, à notre faible vue demeurent cachées ».

Galilée, Œuvres complètes, T., XI, p. 115.

Page précédentePage suivante