Histoire
Histoire
QuestionsL'Affaire GaliléeRéférencesExercices Histoire
Entrée du siteSommaireGlossairePage pour l'impression<-->

La théorie des marées

Auteur: Jérôme Lamy
illustrations/pape-galilee.png
D'un point de vue géopolitique, le pape est dans une position délicate.
Crédit : Maarten Roos, LightCurveFilms

Le pape prend connaissance du contenu de l’ouvrage et ordonne des mesures immédiates contre la diffusion du livre. Ces mesures ont un effet immédiat limité puisque, quand les inquisiteurs arrivent chez l’imprimeur à Florence, les livres ont déjà quitté l’atelier. Pourquoi le pape a-t-il brusquement changé d’attitude ?

D’abord parce qu’il s’est senti, à juste titre d’ailleurs, trahi par son ancien protégé, Galilée. Ce dernier n’a pas respecté les engagements pris. L’ouvrage n’a pas été publié à Rome mais à Florence. EnPin, Le Dialogue ne présente pas une vision objectif et contradictoire des deux systèmes cosmologiques, mais un plaidoyer en faveur du système copernicien. Les partisans d’Aristote sont tournés en ridicule. Certains ennemis de Galilée prétendront même que le personnage de Simplicio n’est qu’un simplet censé caricaturer le pape.

Ensuite parce que le pape se trouve dans une situation politique difficile :

Citation

« Contre l’alliance entre l’Espagne et l’empereur qui menaçait de submerger l’Europe sous l’hégémonie des Habsbourg, [Urbain VIII] avait appuyé la politique française (...) en soutenant l’intervention française en Italie dans la guerre pour Mantoue et le duché du Montferrat, allant jusqu’à intervenir au printemps de 1631 en faveur de l’accord entre le roi de France, le duc de Bavière (...), et les victorieuses milices protestantes de Gustave Adolphe. L’Espagne et l’empereur lui ayant demandé de se mettre à la tête d’une ligue des Etats catholiques, il répondit qu’il s’agissait là d’un conflit politique et non religieux et qu’on ne pouvait pas lier le sort de l’Eglise à des mouvement de caméra sur un grand plan de l’Europe, ou un globe? intérêts dynastiques. (...) Ce n’était pas seulement son ressentiment personnel qui poussait le pape à exiger cette condamnation mais bien la défense de sa dignité et de son autorité, et en même temps la soumission à la discipline catholique, aux décrets de l’Eglise, le zèle des hommes et des institutions de la Contre-Réforme, et aussi sa volonté absolue de régner sur la culture et sur la science ».

A. Banfi, Galileo Galilei, Milan : Bibliothèque ambrosienne, 1949, pp. 198-199.

Les Jésuites l’accusent d’être laxistes envers ceux qui propagent les idées dangereuses pour la religion. Le pape était également ouvertement accusé par le roi d’Espagne de complaisance avec les ennemis de la religion. Le roi d’Espagne était en guerre contre les princes protestants (Guerre de Trente Ans). Le pape avait, jusqu’ici mené une politique pro-française se trouvait dans une position délicate quand, en 1631, Richelieu fait alliance avec la Suède protestante. Rappelons que le pape est avant tout un chef religieux et politique. Les Espagnols soutenus par les Jésuites possèdent des appuis puissants à Rome. Le pape se devait donc de montrer sa détermination et opposer un démenti clair à ses détracteurs.

L’affaire Galilée lui en fournit l’occasion.

Page précédentePage suivante