Accueil
Plan
Glossaire
Contact
Liens
Observatoire de Paris
Les ExoplanètesCoRoTCoursOutilsBase de données
<-   Photométrie   ->
figures/ccd.gif
Crédit : Observatoire de Paris / UFE

La technique « photométrique » consiste à mesurer les légères variations d'éclat des étoiles.

Turbulence atmosphérique

Elle se heurte aux problèmes de perturbation par l'atmosphère terrestre, en particulier la scintillation due à la turbulence atmosphérique .

Ces perturbations limitent la précision de la mesure photométrique au sol à quelques centièmes de %, et interdisent la détection des oscillations de type solaire, ainsi que la détection des planètes telluriques.

Il faut donc s'affranchir des perturbations de l'atmosphère terrestre, c'est pour cette raison qu'il faut aller dans l'espace.

La turbulence atmosphérique perturbe les faisceaux lumineux qui nous arrivent depuis les sources astronomiques et est responsable du phénomène de scintillation qui limite la précision des observations photométriques depuis le sol .

Compter les photons

Une source de rayonnement est un faisceau de très nombreuses particules appelées « photons ».

L'intensité de la source est directement reliée au nombre de photons qu'elle émet. Donc, pour mesurer l'intensité lumineuse en provenance de cette source, on peut compter les photons que l'on reçoit.

  • Lorsque l'intensité de la source varie, le nombre de photons reçus, par exemple en une seconde, varie de la même façon.
  • Pour compter les photons, on utilise un « détecteur », en général une plaque de silicium, qui absorbe les photons qu'il reçoit : les photons émettent alors des électrons que l'on sait isoler et compter.