accueil
plan
glossaire
contact
liens
Observatoire de Paris
Les ExoplanètesCoRoTcours exoplanètesoutilsbase de données
<-   Les premières leçons   ->

De ces découvertes on peut déjà tirer quelques leçons intéressantes.

La proportion d'étoiles ayant au moins une planète

Au moins 5% des étoiles observées révèlent la présence d'un compagnon planétaire. Cette proportion va augmenter au fur et à mesure que les observations seront capables de détecter des planètes moins massives et plus éloignées de leur étoile.

Distances planète-étoile

Toutes les planètes (géantes, les seules que l'on sache détecter) découvertes à ce jour sont beaucoup plus près (jusqu'à 100 fois) de leur étoile que ne l'est Jupiter du Soleil. Cela a constitué une grande surprise car la théorie prévoit qu'une planète géante doit se former à au moins 5 UA de son étoile. Cette disparité s'explique maintenant par le phénomène de "migration": une fois qu'une planète commence à se former relativement loin de son étoile dans le disque protoplanétaire, un phénomène d'interaction gravitationnelle entre le disque et la planète en formation se produit. Elle a pour effet de freiner la planète qui du coup se rapproche de son étoile (migration) jusqu'à ce que l'interaction s'arrête. Ces planètes étant très proches de leur étoile, celle-ci les porte à une température élevée (jusqu'à 1200 K). C'est pourquoi on les appelle des "Jupiters chauds".

Excentricité des orbites

Une autre surprise a été de constater que la majorité des orbites planétaires sont assez ou très excentriques: elles forment des ellipses plus ou moins allongées au lieu d'être quasi circulaires comme dans le système solaire. On n'est pas bien sûr à ce jour de connaître l'explication de ce phénomène. Une des explications les plus vraisemblables pourrait être que si deux planètes migrent, elles le font à des vitesses différentes. Elles doivent alors forcément se rencontrer et au cours de cette rencontre l'une d'elles expulse l'autre du système planétaire. Les lois de la mécanique céleste font alors que celle qui reste a forcément une orbite elliptique.

Métallicité de l'étoile parente

Une dernière observation intéressante est que les étoiles pour lesquelles on a trouvé une ou des planètes sont plus riches en éléments lourds (carbone, oxygène, fer ...) que la moyenne des étoiles. On hésite encore sur l'explication à donner à cette corrélation. Elle peut être due soit au fait que l'étoile et son cortège planétaire sont issus d'un nuage moléculaire riche en éléments lourds, soit au fait que l'étoile a été enrichie en éléments lourds par la chute de planètes.